Président jusqu’en mars 2015 de la société Polaris à Pleuven, Stéphane Lozachmeur vient de reprendre Capsularis, la division micro-encapsulation de son ancienne entreprise. Le nom de Polaris est encore affiché sur le site de l’entreprise au rond-point du Moulin-du-Pont, à l’intersection de la route de Bénodet et de celle de Fouesnant.

Polaris à Créac’h-Gwen


La société, désormais présidée par Jean-Pierre Rivery et qui emploie 47 personnes, vient cependant de déménager pour s’installer à Créac’h-Gwen, à Quimper, tout en conservant son unité de production de la Grande Halte, à Fouesnant. Stéphane Lozachmeur, cofondateur en 1994 de la société avec Gildas Breton, a, lui, retrouvé le trajet de Pleuven pour se rendre au 5, chemin de Kilourin en rachetant le 31 mars dernier Capsularis, division de micro-encapsulage de Polaris créée en 2008. « J’étais propriétaire des murs, j’ai racheté le fonds de commerce et le matériel », explique-t-il. « Capsularis est une activité intéressante qui avait besoin d’être dépoussiérée, je reste dans l’alimentation et la santé animale, la santé humaine », commente l’actionnaire unique de la société, qui repart avec quatre personnes, dont Laurent Moalic, ancien de Polaris pour la partie production et Céline Le Lain à la qualité. À cet effectif s’ajoutent deux stagiaires.

« On avait un peu laissé dormir Capsularis… »

« On avait un peu laissé dormir Capsularis, il n’y avait plus de développement, d’innovation, de prospection, je veux lui redonner un souffle », explique le nouveau dirigeant de la société spécialisée dans l’encapsulation – technologie exclusive de micro-enrobage de substances actives par une couche protectrice composée de matière grasse végétale – de principes actifs en poudre et d’huiles essentiels, se retrouvant aussi bien dans la composition de barres de céréales, de produits de nutrition pour sportifs, de nouveaux traitements comportant des formulations ou des associations d’huiles essentielles.

Des microcapsules de 2 à 200 microns

« Actuellement, les microcapsules ont une taille allant de 250 microns à un millimètre. Nous allons produire une nouvelle génération allant de 2 à 200 microns. Cela va se traduire par une poudre très fine », précise Stéphane Lozachmeur. Et si l’Europe est le marché naturel de Capsularis dans son activité « B to B », Stéphane Lozachmeur annonce une « prospection commerciale forte » en Asie (Hongkong, Vietnam, Chine et Japon). Perspectives : faire passer le chiffre d’affaires de 300.000 à 900.000 EUR d’ici la fin de l’année, et procéder à deux recrutements.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *